Pour chacun d’entre nous, il y a un chanteur, une chanteuse, un groupe ou simplement une chanson qui a le charme de nous ramener 10, 20, 30, ou 40 ans en arrière, dès que l’on en entend les premières notes…

Une chanson qui nous fait ressentir ce sentiment de légèreté et d’insouciance de notre adolescence.

En ce qui me concerne, je suis retombée en plein âge tendre lorsque j’ai vu ceci :

We have all a band, a singer or simply a song which is able to bring us 10, 20, 30 or even 40 years in the past and remind us our teenager’s insouciance.

As far as I am concerned, I experienced this feeling when I have seen this video:

Blur était un groupe anglais des années 90, figure de proue de la  musique « Britpop », qui tenait tête au mouvement grunge de l’époque.

Blur, c’était le look « british-punk », une musique expérimentale étudiée, des vidéos soignés, des concerts endiablés et un groupe qui a su brillamment se renouveler musicalement à chaque album (bon là c’est la fan qui parle, que ce soit clair…).

Blur, dans mon petit cœur guimauve d’adolescente, c’était aussi un blondinet de chanteur à la nonchalance et aux grimaces désopilantes (Damon Albarn), un geek de guitariste  à la timidité et aux lunettes attendrissantes (Graham Coxon), un grand bassiste à la mèche rebelle  et ravageuse (Alex James)  et un batteur heu… et bien qui jouait de la batterie (Dave Rowntree).

Alors quand ils se sont reformés le temps de l’été dernier, et que j’ai vu les premières images de leurs concerts londoniens, j’ai d’abord été surprise qu’ils n’aient pas trop changés (là c’est le côté pas vraiment objectif de la fan qui réapparait…), et ensuite des souvenirs ont envahi mon esprit…

Blur was a famous English pop band from the nineties, Britpop’s leader which strive to fight the grunge trend of this period.

Blur, symbolized the « brit-punk » style, the experimental music, careful videos, furious shows and most of all, has demonstrated the possibility to reinvent their music for every album.

Blur, for my teenage heart, meant also a fair hair singer well known for his nonchalance and his hilarious faces (Damon Albarn), a touchy and shiny but however really good guitarist and his glasses (Graham Coxon), a tall bass player with his unruly hair (Alex James), and finally a drummer who…was playing the drums (Dave Rowntree).

Thus, when I have seen the first pictures of their last concert in London, I was first pleased that they still look like the same (by the way, I don’t know if this remark is really objective) and then I started remembering…

Aujourd’hui, je ne considère plus Blur comme le meilleur groupe qui n’ait jamais existé (mon dieu, si l’adolescente que j’étais m’entendait…), mais c’est le seul qui a l’agréable pouvoir de me faire retrouver mes 16 ans, le temps d’une chanson…

From now on, I don’t think Blur is still the best band that has ever been created (if the teenager I was, could hear this…), however it is the only one which make me feel like I was 16, at least during one song.

J’ai bien précisé « le temps d’une chanson »…

Maman, Papa soyez rassurés….

Only the time of a song, thus, mom, dad don’t worry…

Publicités